anterior    aleatorio / random   autor / author   inicio / home   siguiente / next

      ÉTOILE AU SOMMET

Au creuset de l'âme se forgent les désirs,
croît, fraiche et touffue, la tendresse,
imitant ton ombre,
inventant ton absence
si profonde, si soutenue.
Aujourd'hui je te songe,
amante:
étoile au sommet, trace
d'une lente violette.

Obscurément belle la solitude germe en mon corps.
Aujourd'hui je te songe, amante:
jouons au vent et au froid.
Ton nom me semble pureté, froide et inimitable.

Et du ciel à la terre,
de cette étoile au sommet au doux bruit de ton sein
descendent à ineffable vitesse
tels l'écume rouge
de hâtifs baisers,
durs baisers,
cruels baisers de glace en ma mémoire.

Un cri d'agonie, un blasphème
vire au gris tes seins,
et mon rêve,
et le noble parfum de ton sexe.

Qu'attendons-nous, ma soeur,
de cette aurore naissante
qui nous fatigue tant?
Vois l'étoile,
elle est blanche et non bleue.
Regarde-la, et que tes yeux demeurent des roses parfaites.

autógrafo

Efraín Huerta
Traduction de Claude Major


subir   poema aleatorio   Estrella en alto (1956)   siguiente / next   anterior / previous
español Version originale