anterior   aleatorio / random   subir   inicio / home   siguiente / next

        SÉRÉNITÉ

Qu’est ce que tu m’as dit encore, en me quittant:
que’l on ne s’aimait plus?... Mais si, mais si, on s’aime!
tu as pleure? tu seras donc toujours la meme?
Mais puisque je te dis qu’on s’aime! tu m’entends?
Sois donc plus simple! il faut toujours que tu compliques
les choses! dis-toi donc qu à notre epoque, enfin,
cela devient par trop poncif et ridicule,
sous pretexte qu’on est des amants un peu fins,
d’ecrire Amour et Cœur avec des majuscules.
Nous employons des mots qui servent a rien,
et qui sont tres génants..et dangereux! On pose!
On dit: mon cœur , notre Cœur... On y tient.
je te jure que’l on s’en passerait tres bien,
et que ce la simplifierait beaucoup les choses.
il n y a pas nos Cœurs: il y a toi et moi, oui, toi et moi,
qui n’avons rien d’extraordinaire.
Mais on se grise avec des mots, on s’exagere
l’importance de tout, et puis on s’aperçoit
que la realite n’est pas a la hauteur...
je t’en supplie, laissons mon Cœur, laissons ton Cœur!
soyons nous!... Eh! bien, oui, c’est vrai, quand on se voit,
on n’est plus tres troublé.. C’est moins bien qu’autrefois.
tu ne t’affoles pas.. Moi non plus. Eh bien, quoi?
Il n y a là rien de bien tragique. Nous sommes
un peu calmés? Mais c’est tout naturel, cela.
C’est l’habitude. On est habitué. voilà.
Si nous nous retrouvons sans passion, en somme,
chaq un de nous s’ennuie quand l’autre n’est plus là.
On se croit malheureux, on n’a de gout à rien,
on se sent seul ... Eh! bien, mais c’est deja tres bien!



Paul Géraldy


subir   poema aleatorio   Toi et Moi (1912)   siguiente / next   anterior / previous
español Traducción de Ismael Enrique Arciniegas